7 choses à savoir avant de devenir vegan

Longtemps réservé aux hippies et autres aficionados du Peace & Love, le véganisme s’est mué au début des années 2010 en porte-drapeau du bien-être et du manger sain. Il faut dire que ses ambassadeurs sont de taille : de Bill Clinton à Alicia Silverstone en passant par le couple Jay Z-Beyoncé, les régimes sans aliments d’origine animale ont le vent en poupe et séduisent de plus en plus les intolérants au gluten, les allergiques au lactose et les antispécistes. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, embrasser ce mode de vie ne se traduira pas seulement par le bannissement des produits d’origine animale de vos plats. Suppléments alimentaires, tentation du tout-soja, pâtisserie vegan… Voici tout ce qu’il faut savoir sur le véganisme avant de faire votre coming out alimentaire.

#1 Continuez à vous faire plaisir !

Qui a dit que végétalisme rimait avec privation des bonnes choses ? Vos petites papilles gustatives auront tout le loisir de déguster des plats succulents et des desserts gourmands qui pourront même convertir les carnivores les plus invétérés ! Des muffins moelleux aux cookies vegan, des clafoutis aux cerises au carrot cake… la pâtisserie végane vous séduira par ses fulgurances sucrées ! Un sandwich végan, c’est pour nourrir le corps. Une viennoiserie végane, c’est pour nourrir l’esprit !

#2 Supplémentez-vous en B12

La vitamine B12 est naturellement présente dans les aliments d’origine animale. Vous aurez donc à provisionner quelques compléments alimentaires riches en vitamine B12 pour éviter toute carence. La vitamine B12 maintient les cellules sanguines et les nerfs en bonne santé et stimule la production de l’ADN. Manquer de vitamine B12 se traduira par une asthénie chronique, une perte d’appétit et des problèmes nerveux. Les suppléments en B12 sont bon marché et ne présentent aucun risque pour la santé.

#3 Les alternatives protéiniques : l’embarras du choix

Chaque repas doit contenir le triptyque des lipides, glucides et protéines. Soyons honnête : en faisant fi des aliments d’origine animale, vous vous priverez d’une importante source de protéines. Ces dernières se décomposent en acides aminés et favorisent la croissance et la réparation des cellules. L’Organisation Mondiale de la Santé préconise 0,8 gramme de protéines par jour pour chaque kilogramme de masse corporelle. Rassurez-vous, les alternatives existent. Certaines sont d’ailleurs de meilleures sources de protéines que la viande. Le soja naturel, les lentilles, les haricots, le quinoa et le seitan seront vos meilleurs alliés pour faire le plein de protéines.

#4 Attention à la mal bouffe

Troquer son steak haché contre du pain blanc, des pâtes et des aliments surgelés n’est pas une bonne idée. Capitalisez sur ce changement pour migrer vers un régime alimentaire sain en limitant le plus possible les aliments transformés industriellement qui ne fournissent que très peu de valeur nutritive en dehors des calories. Autrement, vous aurez faim, vous prendrez du poids et votre humeur oscillera entre le mauvais et l’exécrable.

#5 Résistez à la tentation du tout-soja

En règle générale, ses détracteurs exagèrent ses effets secondaires et ses partisans s’emportent quelque peu sur ses bienfaits. Bien que les travaux académiques soient encore à leurs premiers balbutiements sur les effets du soja sur l’organisme, les nutritionnistes sont unanimes : consommer trop de viande végétalienne à base de soja est encore pire que l’overdose de produits d’origine animale. En effet, les substituts de viande sont souvent extrêmement transformés et chargés de sodium et de conservateurs. Les aliments à base de soja les plus sains sont le tofu, le lait de soja, l’édamame, le miso et le tempeh.

#6 Vous aurez un impact sur les gens

Les végans les plus expérimentés vous le diront. Votre changement entraînera sans doute quelques remises en question de la part de vos amis et de votre entourage. Vous réveillerez les convictions latentes de certains, d’autres verront que bannir la viande et les autres aliments d’origine animale n’est finalement pas incroyablement compliqué. Et surtout : vos amis verront que les végans ne s’habillent pas forcément en robe blanche en coton bio et qu’ils ne passent pas leurs journées à la forêt à chanter en boucle le répertoire de John Lennon.

#7 Faites preuve de tact

« Les individus sont très susceptibles au sujet de leur régime alimentaire, surtout lorsque leurs habitudes sont bousculées », explique Julieanna Hever, diététicienne et présentatrice d’une émission télé. En opérant ce changement drastique de vos habitudes alimentaires, vous serez sans doute amené à expliquer ce choix à vos proches. Dédramatisez la chose et présentez votre véganisme comme un choix personnel sans remettre en cause le régime de vos interlocuteurs.

 

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*